(33)9 71 27 37 02 / gilles@lampesenbois.com

 

2018 tous droits réservés Gilles Ansel

  • White Facebook Icon
  • White Pinterest Icon
  • White Instagram Icon

Gilles Ansel

Ebéniste touche à tout, Gilles Ansel apporte une touche

contemporaine et urbaine au design artisanal avec sa nouvelle

série « Apperception. »

La ligne, la forme et la représentation sont les moteurs de son

travail. Ces colonnes lumineuses à la matérialité tangible

s’imposent dans l’espace comme un repère. Un point géographique

dicté par une architecture qui pourrait être celle d’une oeuvre

monde. Une inspiration née de découvertes poétiques, à la

rencontre des hommes et de la matière. « Mes voyages en Inde, au

Mexique et au Mali m’ont apporté une grande fascination sur

l'ingéniosité des artisans travaillant dans la rue avec des outils

plus que rudimentaires pour produire toute sorte d'objets géniaux.

Dès mon retour en France, j'ai décidé de suivre une formation

d'ébénisterie à Paris. »

Gilles Ansel travaille le bois massif des forêts qui l’entourent.

Les essences locales sont issues du frêne, du merisier, du

cerisier, du noyer, du hêtre et du chêne. L'économie de moyens et

l'utilisation de la matière brute sont au centre de son procédé.

La planche de bois brut est d’abord dégauchie et rabotée. Puis à

l’aide d’une scie circulaire, il réalise les traits horizontaux

sur une face et les traits verticaux sur l'autre. Les fenêtres se

dessinent à mi-bois. Enfin, l’assemblage de quatre planches donne

naissance à la colonne sous quelques variantes.

Le matériau sensible, riche et précieux habille les pleins et les

vides, entre profondeur et surface. Un glissement transforme la

ligne qui devient volume. Le design radical, totémique révèle un

dispositif scénographique parfaitement maîtrisé, constituant un

tout indivisible. Les colonnes s’érigent ensemble évoquant un

minutieux concentré urbain, un city center futuriste, idéaliste

moderniste où les gratte-ciels règnent sous le gigantisme et la

structure. « Le Bauhaus, la littérature et le cinéma

d'anticipation de 1984, Métropolis ou Brazil sont mes sources

d’inspiration (…) Ayant vécu dans un building, le Palacio

d'Abraxas de Ricardo Bofill a Noisy le Grand, j'ai été frappé par

l'aspect déshumanisé et déprimant que pouvait avoir ce bâtiment,

qui, décrépi en plein jour se transformait en magnifique décor

de cinéma dès la nuit tombée. »

Les compositions se nourrissent du réel pour basculer vers un

univers fictionnel. Décoratif et sculptural, entre art et design,

son travail confond les projections mentales des regardeurs. Un

entre-deux qui permet d’être approprié par tous. Et puis la

lumière amplifie l’attraction. Par cette aperception éclairée,

l’esprit appréhende une nouvelle lecture de l’oeuvre.

« Le jour la lumière souligne la matière et la nuit elle devient

matière. La nuit mes colonnes prennent une dimension

supplémentaire par le jeu des ombres portées, comme un

prolongement insoupçonné de la matière (…) Les colonnes de l'hyper

centre ville la nuit sont une forêt stylisée le jour. »

Un sens additionnel se construit et érige l’oeuvre de Gilles Ansel

au rang de l’art minimal et conceptuel. Non sans évoquer

l’adoption de la forme idéaliste et verticale de la gestalt de

Robert Morris, de la marqueterie tridimensionnelle de Richard

Artschwager ou encore des travaux sur les ombres lumineuses de Dan

Flavin. Simples, élémentaires et brutes, les colonnes lumineuses

de Gilles Ansel se limitent merveilleusement à l’essentiel.

Caroline Canault